/ Comprendre et agir / Reconnaître les parties prenantes

Reconnaître les parties prenantes

Le développement collectif se réalise par le croisement des perspectives, des expertises, des savoirs, des regards, des compétences, etc. C’est la contribution d’une diversité d’actrices et d’acteurs qui permet de faire le tour d’une situation et d’agir sur elle pour mener des changements collectifs.

L’expression « partie prenante » est utilisée pour parler de toutes les actrices et tous les acteurs qui constituent des forces vives au sein du développement des collectivités et des territoires. On cherche à les connaître, les reconnaître et les mobiliser au sein de démarches collectives.

Qu’est-ce qu’une partie prenante?

Les définitions de parties prenantes sont multiples. De manière générale, une partie prenante est une personne ou une organisation concernée par la situation sur laquelle on souhaite agir. Concernée parce qu’elle vit la situation ou parce que son action a ou peut avoir un impact sur celle-ci.

On peut parler des parties prenantes en référant aux actrices et acteurs qui sont déjà engagés. On peut également en avoir une vision plus large et référer à l’ensemble des parties concernées : actuelles, potentielles et futures.

La notion de partie prenante s’ancre dans une conception systémique des enjeux. L’idée est de réunir les composantes du système au cœur du changement que l’on vise. Les forces vives d’une collectivité ou d’un territoire sont un bon bassin pour déterminer les parties prenantes.

Par exemple, si l’on souhaite agir sur la mobilité dans une MRC rurale, les parties prenantes sont multiples. On peut penser à différents groupes de la population, aux municipalités de la MRC et celles en périphérie, à l’organisation qui souhaite prendre en charge le transport, aux organismes du milieu, à des commerçants, etc.

Reconnaître les parties prenantes et leurs contributions

En amont d’une démarche, il est pertinent d’identifier les parties concernées par le changement que l’on souhaite mener dans notre collectivité ou notre territoire. Des outils peuvent être utiles pour identifier et cartographier les parties prenantes.

  • La carte sociale est une activité qui permet de se doter d’une vue d’ensemble des actrices et acteurs concernés, qu’on pourra découper selon les secteurs d’intervention, les types de capitaux, etc.
  • Pour aller un peu plus loin et situer les acteurs et actrices par rapport à votre enjeu, vous pouvez également faire cette activité de cartographie des parties prenantes sur la plateforme Urbanismeparticipatif.ca ou l’atelier Qui engager?  sur notre site web.

En développement collectif, les collectivités territoriales rassemblent souvent des actrices et des acteurs familiers au sein de démarches intersectorielles. Elles réunissent généralement des organismes communautaires, des institutions publiques, des élus et élues municipaux et des citoyennes et citoyens.

Selon les dynamiques de collaboration et les enjeux traités, les démarches réuniront parfois d’autres types d’acteurs, par exemple des entreprises ou des acteurs environnementaux.

Les principaux types de contribution

Selon leurs rôles et leurs compétences, les personnes et les organisations peuvent contribuer de différentes façons à la réalisation d’un changement, soit par1:

  • Leur expérience : parce qu’elles vivent la situation et la connaissent intimement.
  • Leur expertise : parce qu’elles ont étudié, fait des recherches ou sont intervenues sur la thématique ou l’enjeu.
  • Leurs ressources humaines, matérielles ou financières : parce qu’elles sont en mesure de mettre ces ressources au service du changement.
  • Leur rôle ou leur autorité : parce qu’elles peuvent influencer ou prendre des décisions qui faciliteront le changement.
  • Leur présence et leur temps : parce qu’une partie du travail collectif implique de réfléchir, analyser, organiser, faire des contacts, préparer des rencontres, etc.
  • Leurs compétences : parce qu’elles ont la capacité de mettre l’ensemble des autres éléments au service de l’action.

Au départ et au fil d’un projet ou d’une démarche, il est opportun de parler des contributions de chacun et des attentes nourries envers eux. Toutes les parties prenantes engagées n’auront pas une contribution égale ou même équitable. Il est important de reconnaître et d’accepter la diversité des contributions et de prendre en considération les possibilités et les contraintes de chacun.

À cette fin, il importe d’avoir une intention claire. Elle permet d’échanger sur les attentes et les possibles dès les premiers contacts. Elle permet aussi d’identifier plus précisément de qui on a besoin au sein d’une démarche (un praticien, un décideur, un membre, etc.). Les contributions peuvent être liées aux fonctions des membres d’une démarche collective. Elles peuvent également être liées à la personne comme telle. Pour ce faire, il est possible de :

  • Mettre en lumière les forces et les atouts de chacun pour mieux les mettre à contribution à l’aide de l’activité de révélation des compétences.
  • Repérer les personnes qui sont les plus susceptibles d’être facilitantes pour la démarche à l’aide des caractéristiques d’un individu-clé.

1. Chantier partenarial sur les conditions favorables au développement collectif, 2018, L’engagement : Condition essentielle pour mener des changements collectifs, Communagir, p. 17.

Qui réunir quand? – Différentes approches

Pour réussir à mener un changement complexe, on souhaite généralement réunir le plus de perspectives et de parties prenantes possibles. Toutefois, selon la visée, le moment et l’approche privilégiée, on peut réunir en priorité :

  • Les personnes qui vivent la situation (approche AVEC ou design par les usagers). Lorsqu’on se mobilise autour d’un enjeu, comme celui de la pauvreté et de l’exclusion sociale, l’inclusion des personnes qui vivent la situation au jour le jour peut être cruciale. Elle permet de bien comprendre la réalité des personnes et de dégager les actions qui auront un impact significatif. Cette inclusion est elle-même une action qui a un impact direct sur le phénomène d’exclusion.
    Dans une tout autre logique, davantage liée à la pensée design (design thinking), on cherche à coconstruire des solutions avec les personnes qui utiliseront ou qui auront à vivre avec ce qui sera mis en place. On peut penser à l’aménagement d’espace public ou au développement d’un nouveau service. Les processus réunissent une diversité de personnes, notamment celles ayant le plus de contraintes, dans une perspective d’accessibilité universelle.
  • Les premiers engagés / les volontaires (concertation/collaboration/partenariat). Une démarche concertée mobilise des organisations et des personnes volontaires autour d’un enjeu. Dans cette perspective, on invite largement et on amorce le travail avec les personnes qui répondent à l’appel. Au fil des activités, le processus de mobilisation permet généralement d’élargir la base des actrices et acteurs engagés. Il s’agit d’initiatives fondées sur la collaboration et le partenariat, qui réunissent des personnes qui ont décidé d’agir ensemble sur un enjeu.
  • L’ensemble des parties d’un système (whole system). Cette perspective est pertinente pour élargir la notion des acteurs faisant partie d’un système et de son environnement proche (géographique ou thématique). Cette approche est notamment utile dans l’élaboration d’un événement rassembleur ou lors du coup d’envoi d’une démarche plus large. Elle est à la base de pratiques particulières pour faire le tour d’une question, comme la conférence exploratoire (Emery), la démarche prospective (Weisbord) et les scénarios pour la transformation (Kahane). Enfin, elle est très présente dans les initiatives d’innovation sociale, notamment les laboratoires.
  • Les différents types de savoirs (croisement des savoirs). Dans une perspective de croisement des savoirs, on cherchera plus spécifiquement à réunir tous les types de savoirs : scientifiques, pratiques et expérientiels. En juxtaposant toutes ces perspectives, une nouvelle compréhension plus globale des phénomènes et des enjeux peut émerger. Elle permet notamment de mieux calibrer l’action et d’envisager de nouvelles pistes de travail.

Toutes ces approches s’influencent beaucoup les unes les autres. Dans la pratique, elles sont parfois amalgamées. Il peut toutefois être utile de les distinguer à des moments clés d’une démarche. Cela permet de discuter des acteurs et actrices qu’on souhaite voir se mobiliser en priorité.

Favoriser l’engagement des parties prenantes

Au fil du projet ou de la démarche collective, il est intéressant de refaire ponctuellement un exercice de réflexion collective autour de la question des parties prenantes et de leur engagement. On peut souhaiter engager de nouvelles personnes, avoir besoin de contributions ponctuelles pour des changements bien définis ou vouloir accroître l’engagement des acteurs et actrices déjà impliqués.

Différentes stratégies s’offrent aux membres d’une démarche, selon leurs besoins.

  • Miser sur des pratiques qui favorisent et construisent l’engagement. (Chantier partenarial sur les conditions favorables au développement collectif, 2018, L’engagement : Condition essentielle pour mener des changements collectifs, Communagir, pp. 22-44)
  • Réaliser des entrevues des parties prenantes est une activité intéressante pour se projeter dans l’avenir d’une démarche collective à partir des besoins de chacun et de leur perspective unique, dans une approche appréciative.
  • L’exercice de la matrice des compétences permet d’identifier tout le potentiel des membres d’une démarche afin de les mettre davantage à contribution dans ce qu’ils ont de meilleur.
  • Une stratégie de plaidoyer peut être utile pour convaincre de nouveaux acteurs et actrices de contribuer aux objectifs d’une démarche. Plusieurs outils et plateformes s’offrent à vous, dont : la plateforme Pour rallier, le module engagement constructif d’Innoweave ou l’activité d’animation Le pitch d’ascenseur.

Chacune de ces possibilités demande un effort collectif important. Avant de plonger, une réflexion sur les objectifs poursuivis et l’intensité des efforts à investir est de mise.

Partager sur

Pour offrir les meilleures expériences, nous utilisons des technologies telles que les témoins pour stocker et/ou accéder aux informations des appareils. Le fait de consentir à ces technologies nous permettra de traiter des données telles que le comportement de navigation ou les ID uniques sur ce site. Le fait de ne pas consentir ou de retirer son consentement peut avoir un effet négatif sur certaines caractéristiques et fonctions.

Accepter