/ Comprendre et agir / Lire sa collectivité

Lire sa collectivité

Une compréhension fine du développement des collectivités et des territoires repose sur différentes lectures. Celles-ci permettent de bien saisir le contexte dans lequel on agit et de cerner les enjeux et les dynamiques en présence afin d’intervenir le plus adéquatement possible.

On ne planifie pas le développement de la même façon d’une collectivité à l’autre. On ne se fixe pas les mêmes objectifs, on n’utilise pas les mêmes stratégies, on ne met pas en œuvre le changement de la même façon. L’état de situation et le diagnostic sont des exercices qui permettent de s’orienter et faire des choix éclairés.

Qu’est-ce qu’une collectivité territoriale?

Une collectivité est constituée d’individus, de groupes, d’organisations et d’institutions qui sont en interaction. La collectivité est un système dynamique et complexe, en continuelle évolution. Les relations entre ses différentes composantes y jouent un rôle important.

La collectivité est également ancrée sur un territoire géographique. Ce territoire est suffisamment petit pour être considéré comme un milieu de vie où règne un sentiment d’appartenance (un quartier, un arrondissement, un village, une ville, une région, etc.). Il est aussi suffisamment grand pour avoir des institutions qui lui sont propres et une certaine forme de gouvernance.

Le territoire est au centre de la notion de collectivité. La conception du territoire et de ses limites résulte d’une diversité de constructions historiques, sociales, politiques et administratives (municipalité, quartier, MRC, régions, territoire de CISSS et CIUSSS, territoire scolaire, paroisse, etc.).  Selon les cas, ces découpages territoriaux correspondent plus ou moins au territoire d’appartenance des citoyens qui y habitent.

L’amorce d’une démarche

Une démarche collective peut émerger en réponse à une situation émergente. C’est-à-dire qu’en prenant conscience d’un problème à résoudre ou d’une situation à améliorer, une personne ou un groupe cherche à sensibiliser d’autres acteurs et actrices de la collectivité, en les invitant à s’associer pour passer à l’action.

Une démarche collective peut également se mettre en place autour d’une opportunité extérieure, notamment sous l’impulsion d’orientations gouvernementales ou philanthropiques qui y sont associées. Ces opportunités peuvent soutenir la mise en œuvre d’actions autour de certains enjeux définis nationalement, régionalement ou localement.

Dans les deux cas, une première étape peut être la réalisation d’un état de situation. Il permet entre autres de sensibiliser les acteurs et actrices, de mieux comprendre sur quoi on souhaite agir et de se doter d’un point de départ.

Une démarche collective gagne également à refaire ponctuellement un exercice d’état de situation et de diagnostic. Il s’agit d’une pratique utile pour faire le point, poursuivre l’évolution, se connecter à ce qui se passe autour et au sein de la démarche. L’exercice peut aussi marquer le coup d’un nouveau grand jalon de l’action collective.

Distinguer état de situation et diagnostic

Un état de situation (profil ou portrait) regroupe les informations requises pour décrire une situation ou une collectivité, ainsi que les ressources disponibles.

Le diagnostic réfère à l’analyse de ce portrait pour cerner les enjeux, les opportunités/ contraintes et le potentiel de développement.

L’état de situation regroupe une série d’informations permettant de prendre une photo, générale ou sous un angle spécifique, à un moment donné. Le diagnostic permet quant à lui d’en comprendre les implications.

Comme le diagnostic repose sur l’état de situation, il est important que ces deux exercices soient réfléchis en lien l’un avec l’autre.

ÉTAT DE SITUATION

DIAGNOSTIC

Connaître

  • Ce qui est, à un moment donné, sur un territoire donné.

Comprendre et analyser

  • Ce qui ressort et ce sur quoi il faudra s’attarder dans le futur.

Différentes dimensions, différentes lectures

Il est essentiel de déterminer quelles sont les informations nécessaires pour bien comprendre ce qui se passe dans la collectivité, de manière plus générale ou en lien avec une problématique particulière. Les informations récoltées et leur analyse peuvent renseigner tant sur la situation à transformer que sur les ressources existantes et les relations entre les forces vives du territoire.

Voici quelques questions pour guider la recherche des informations les plus pertinentes pour votre démarche collective :

  • Quelles sont nos forces? Quelles sont les opportunités de développement?
  • Qui est déjà mobilisé?
  • Quels sont les défis et enjeux de développement de notre collectivité/territoire?
  • Comment se manifestent les défis ou les enjeux?
  • Quels sont les effets connus? Quels effets sont anticipés si rien n’est fait?
  • Quelles actions ont déjà été réalisées ou sont en cours?
  • Quelles ressources sont accessibles?
  • Qui est concerné? Qui pourrait se mobiliser?

À travers un exercice d’état de situation et de diagnostic, il est possible d’explorer différentes dimensions d’une collectivité et de l’action collective sur son territoire. Certaines informations et certains angles d’analyse sont plus propices que d’autres pour répondre aux questions qu’une démarche collective se posent.

Voici quelques outils conçus pour offrir différentes lectures intéressantes, dans une perspective de développement des collectivités et des territoires.

Réaliser un état de situation

Cette opération consiste essentiellement à recueillir de l’information qui permet par la suite de passer à l’étape du diagnostic. La nature et la qualité des informations recueillies conditionneront l’analyse qui en sera faite.

Dans la perspective d’un exercice mobilisateur et utile, le processus doit être collectif. Les données ne sont pas neutres. Elles offrent une certaine vision de la réalité, soit par le choix des données, soit par la manière dont elles sont recueillies, comptabilisées, agrégées et analysées. Il est donc souhaitable que les choix stratégiques et méthodologiques concernant l’état de situation et le diagnostic soient bien compris des acteurs et actrices impliqués et décidés collectivement.

À l’amorce de cet exercice, il importe donc de se demander : qui sont les acteurs et actrices à engager dans le processus? Quels rôles joueront-ils et pourquoi? A-t-on besoin de soutien?

Voici les grandes étapes pour la réalisation d’un état de situation:

  1. Choisir la nature des informations à collecter : de quelles informations avons-nous réellement besoin pour progresser? (Données qualitatives et quantitatives)
  2. Amasser et colliger les informations : comment réaliser la collecte? (Voir : «Recueillir l’information», ci-dessous.)
  3. Produire l’état de situation : quels formats sont le plus pertinents pour présenter les résultats?
  4. Bonifier et valider les informations recueillies : quelle méthode de bonification/validation? Avec qui?
  5. S’approprier l’état de situation et susciter l’adhésion : quelle diffusion et appropriation des résultats? Avec qui et pourquoi?

Recueillir l’information

Différents types d’activités permettent de collecter l’information requise afin de dresser un état de situation.

Une recherche documentaire et statistique est souvent effectuée pour amorcer l’exercice. Des méthodes complémentaires peuvent ensuite être utiles pour s’assurer de la validité et de la cohérence globale des données recueillies. Il peut s’agir de rencontres exploratoires avec les acteurs-clés du milieu ou de groupes de discussion.  

  • Voici des activités de collecte que vous pouvez réaliser auprès des membres de votre démarche collective et de votre collectivité : le questionnaire interactif en ligne ou l’entrevue des parties prenantes.
  • Pour vous soutenir dans la réalisation d’un portrait à l’aide de données statistiques, nous publierons prochainement une présentation de différentes données disponibles dans nos institutions publiques.

Il est également possible de mener une collecte d’information en réunissant quelques heures des personnes qui possèdent les différentes informations requises pour tracer un état de situation. Il s’agit d’une manière dynamique et mobilisatrice de procéder. Le partage de l’information et son analyse collective contribuent fortement à l’engagement par la suite.

Procéder au diagnostic

Un diagnostic est déterminant dans un processus de développement collectif puisqu’il permet de:

  • juger de la situation actuelle;
  • cerner les problématiques existantes et les enjeux;
  • identifier les acteurs et les ressources potentielles;
  • donner une direction pour la suite du processus;
  • cerner le potentiel de mobilisation dans la collectivité.

Le diagnostic permet un regard large sur la collectivité et, le cas échéant, un regard plus spécifique sur la situation qui rassemble les acteurs. Idéalement, le diagnostic doit également s’attarder sur la capacité de mobilisation des acteurs. Cela permet d’évaluer de façon réaliste les efforts pouvant être fournis.

Au moment d’amorcer le diagnostic, on peut se demander à nouveau : de quelles informations avons-nous besoin pour progresser? Comment inclure les acteurs concernés autour du diagnostic?

Un diagnostic pensé comme un processus participatif invite les acteurs à poser un regard critique sur l’état du développement de leur collectivité ou sur un ou des aspects de son développement. Cette analyse permet une appréciation des forces, des ressources, des manques et difficultés (problèmes), des enjeux et défis, ainsi que des liens qui unissent ces dimensions. L’objectif est d’arriver à identifier ce qui est important au-delà des faits saillants (enjeux, défis, tendances) et surtout, pourquoi c’est important.

  • Des activités d’animation peuvent soutenir une analyse collective, par exemple : l’analyse 360, ou l’analyse FFOM (Forces, faiblesses, opportunités, menaces).

Le diagnostic est une étape importante du processus. On souhaite qu’il permette d’éviter le piège du mode « résolution de problèmes ». Le mode résolution de problèmes consiste à trouver une seule solution à un problème identifié. Bien qu’adéquat dans certaines situations, ce mode est souvent trop limité pour faire face à la complexité des enjeux d’une collectivité.

Partager sur